head

Bactéries intestinales : comment elles nous engraissent ?

Bactéries intestinales : comment elles nous engraissent ?
Suren Bahidsky Suren Bahidsky
Journaliste, consultante médicale
Sujet: Mode de vie

La supposition que les bactéries intestinales en leur totalité ont un effet sur le poids ne remonte qu’à il y a quelques années. Existe-t-il une flore intestinale engraissante ? Un jeune étudiant en médecine cherche la réponse à cette question.

L’alimentation occidentale est constituée en 90 pour cent des aliments que nous digérons et en 10 pour cent des éléments dont nos bactéries intestinales nous font nourrir. Les bactéries engraissantes sont les plus efficaces dans la décomposition des hydrates de carbone, Leur propagation peut poser problèmes. La flore intestinale engraissante met en valeur les aliments jusqu’aux derniers morceaux. Certains font pousser des bourrelets de graisse irritants bien qu’ils ne mangent pas plus que les autres – leur flore intestinale peut tout simplement mieux valoriser les aliments. Comment est-ce possible ? – pose la question Giulia Enders, étudiante en médecine, dans son livre intitulé « Le charme discret de l'intestin”.

Bactéries intestinales délicates

Les bactéries transforment les hydrates de carbone non digérés en divers acides gras : les bactéries favorisant les légumes préparent plutôt des acides gras pour le foie et pour les intestins, tandis que d’autres bactéries nourrissent les autres parties du corps également. Une banane est ainsi moins engraissante qu’un demi-tablier de chocolat ayant pourtant la même valeur calorique. Cela s’explique par le fait que les hydrates de carbone végétaux intéressent surtout les bactéries d’action locale et non pas celles qui nourrissent le corps entier. Il a été observé à propos des personnes obèses que leur flore intestinale est moins complexe, est constituée principalement des bactéries assurant le métabolisme des hydrates de carbone.

Elles influencent l’appétit

Nos bactéries peuvent nous récompenser si elles reçoivent des aliments appropriés pour nourriture. Ceci agréable et nous font prendre goût à certains repas. Plusieurs recherches ont déjà établi que les substances indiquant la satiété se multiplient si l’on s’alimente d’une manière avantageuse pour les bactéries intestinales. L’avantageux veut sire qu’on apporte à son organisme des aliments qui atteignent le côlon sans être digérés pour finir par y être mangés par les bactéries. « Ce n’est pas le cerveau, mais la fraction bactérienne se trouvant dans le ventre qui languit après le hamburger quand elle est en diète depuis trois jours. Et elle le fait d’une manière tellement aimable que nous n’arrivons pas à résister à ses supplications » - dit plaisamment Giulia Enderson, qui ajoute nous choisissons les différents repas en fonction de notre humeur, mais les bactéries intestinales disposent des outils qui leur permettent de l’influencer.

S’il s’avère justifié que l’obésité est causée par la domination des bactéries de métabolisme des hydrates de carbone, on pourrait alors beaucoup faire contre en rétablissant l’équilibre de la flore intestinale.

Source :

Giulia Enders: Le charme discret de l'intestin

Articles liés

Communauté

NEWSLETTER DU BLOG

phone

Conseils de santé directement dans votre boîte mail: pour avoir un mode de vie plus conscient et sain, inscrivez-vous à notre newsletter